Philosophie

A mon sens, l’homme décidé à regarder devant lui, doit pouvoir observer le présent sans se laisser polluer par l’ambiance.

A l’heure où je décide de lancer cette lettre, le climat général est dominé par divers désordres matériels et moraux.  Les informations toujours négatives et qui partent en tous sens, l’absence effective de chef et de projet au sein de notre société… Tout peut contribuer aujourd’hui à générer de l’abattement, du découragement.

Il faut refuser de dire qu’on a déjà déployé de l’énergie et qu’on vient de recevoir un nouveau coup de massue, que c’en est trop et qu’on ne lutte plus, que les événements sont les plus forts, qu’on s’incline. Il faut refuser tout cela !

En réalité, ce que l’on observe partout c’est que la vie devient de plus en plus soumise à une tension sous-jacente, comme une sorte de pulsation fiévreuse due à une vie de plus en plus faite d’attente et d’angoisse, de « stress » pour employer un mot qui revient tout le temps. En réalité, nous sommes comme emmurés, entourés d’indications les plus contradictoires sur les événements et sur les hommes, et cette tension sous-jacente évoquée plus haut paraît due au fait que nous avons à nous demander tout le temps : « Où est la vérité ? ». Nous avons donc à raisonner sur des données dont nous ne sommes jamais moins que sûrs, et très souvent il convient dès lors de nous fier à notre instinct au moins autant qu’à notre logique.

En conséquence de ce qui précède, quel homme impliqué activement dans sa vie n’a pas rêvé, fut-ce de façon informelle, de constituer autour de lui un groupe de personnes habituées à réfléchir correctementgroupe qui privilégiera la qualité sur la quantité et qui se réunira régulièrement pour réfléchir sur la réalité de telle ou telle évolution.

Qui ne s’est pas dit, au moins intuitivement que ceci devrait aider à canaliser le tumulte de sensations et d’idées qui se cachent sous une apparente monotonie (car c’est bien dans une atmosphère monotone, même si elle est imprégnée de tension, que nous vivons en Europe).

Seule une observation froide et recoupée du réelet des réflexions que cette observation peut engendrer, permettra de prendre des décisions.

Il s’agit d’aider tout décideur, personne privée ou dirigeant, à titre individuel, d’aller à contrecourant de cette atmosphère dans laquelle on décide peu et dans laquelle on n’exécute souvent pas les décisions prises. Une telle atmosphère est déprimante et vous fait vite retomber du haut des meilleures résolutions.

Tel est l’objet de notre lettre, destinée à aider à la compréhension de ceux qui veulent avancer, de ceux qui se disent: mieux vaut entreprendre une tentative difficile que rester à ne rien faire et de se liquéfier dans l’inactivité.

Perluciditas ne fournit pas de prospective. Perluciditas recoupe des informations. Ses sources ne sont pas seulement francophones, ni même européennes. Elles sont avant tout qualitatives. Ensuite, elles sont Suisses, américaines, britanniques, internationales. Elles sont citées et vérifiables.  Le but est de fournir des synthèses analytiques de médias internationaux qualitatifs qui ne sont pas facilement accessibles et dont la compilation et le recoupement prennent du temps.

Le but de Perluciditas est de donner à ses lecteurs la possibilité de répondre à ses questions en se basant sur l’observation de la réalité et pas sur l’observation de ce que les grands médias européens, souvent nationaux et au mieux européo centrés, disent de la réalité.

Les asiatiques pensent généralement que les opinions des occidentaux sont trop souvent fondées sur des préjugés que véhiculent leurs médias et pas sur l’observation de la réalité elle-même. Ce biais nous amènerait nous, occidentaux, à prendre de mauvaises décisions.

Cette analyse paraît intuitivement d’autant plus pertinente que nombre de grands médias sont plus ou moins des sources de désinformation organisée au profit de tel ou tel groupes d’intérêts, dont les intérêts justement ne sont que très rarement convergents avec ceux des lecteurs.

En somme, dès lors que tout homme d’affaires ou tout homme actif en général vit de l’information, il convient même pour se concentrer sur sa propre microéconomie, ce qui exige malgré tout d’essayer d’aller au-delà du bruit, de l’incertitude et de l’absence de visibilité, sans pour autant perdre du temps. Tel est l’objet de Perluciditas, sa raison d’être.

Index des thèmes abordés par catégorie

Derniers articles parus

Archives